Accueil  > Les bonnes pratiques

Les bonnes pratiques

L’Entretien

L’entretien « des berges » ou végétation rivulaire ou ripisylve consiste principalement en des interventions légères mais régulières.

Le riverain, propriétaire de la berge et de la moitié du lit du cours d’eau, a un devoir d’entretien selon l’article 215-2 du code de l’environnement. Le SMAHA, conscient que certains travaux nécessitent de faire appel à des professionnels, se positionne en complément de cet entretien par les riverains, et toujours dans l’intérêt général.

L’entretien des berges et du lit diffère suivant le contexte. Ainsi en zone urbaine, il convient d’être particulièrement vigilant pour favoriser les écoulements lors des crues. A l’inverse, en zone rurale où les enjeux de protection sont plus faibles, l’entretien sera beaucoup plus léger.

L’entretien de la ripisylve n’est pas celui d’un parc ou d’un jardin. Il ne s’agit pas de faire table rase en coupant les buissons ou les arbres. La ripisylve est avant tout un habitat pour une faune et une flore associées qu’il s’agit de préserver ou de restaurer. Les racines des arbres participent également au maintien des berges.

Un cours d’eau est naturellement mobile, il érode et dépose des matériaux, ou arrache la végétation par endroit. Son fonctionnement est lié aux crues. L’entretien des berges ne doit donc pas perturber le bon fonctionnement des cours d’eau de la vallée de l’Hers.

Ainsi, toute intervention nécessite de prendre en compte quelques éléments de diagnostic : quels sont les enjeux ? Est-on en période végétative pour les plantes ? Quel est le débit de la rivière ? Quels éléments de végétation pourraient gêner le bon écoulement des eaux ou déstabiliser la berge ? Dois-je les retirer moi-même ou faire appel à des professionnels ? etc.

Pour développer tous ces éléments et conseiller les riverains des cours d’eau du bassin, le SMAHA invite à prendre contact avec le technicien.

L’usage

Les loisirs permettent de découvrir en se divertissant les cours d’eau de notre bassin.

Mais la ripisylve et la rivière sont des milieux fragiles qu’il faut préserver en adoptant des comportements citoyens et permettre ainsi à tous d’en profiter.

La promenade se développe peu à peu le long des cours d’eau. Ce sont des lieux agréables et frais. Toutefois, les berges des cours d’eau du bassin de l’Hers sont majoritairement privées. Le promeneur n’a pas de droit de passage. Le passage est habituellement toléré par les propriétaires. Il en est de même pour la pratique de la pêche (sauf lorsque des conventions sont signées entre riverains et association de pêche). Ainsi, du comportement des usagers dépend la pérennité des pratiques.

Le SMAHA invite les promeneurs à emprunter des parcours aménagés par les communes, quand ils existent, pour lesquels la collectivité est propriétaire ou a signé des conventions avec les propriétaires riverains. Par ailleurs, n’oublions pas qu’un cours d’eau est un milieu « vivant » et qu’en cas de pluies intenses, les eaux peuvent monter très rapidement inondant les berges.

Pratiques Citoyennes

Riverains, usagers ou gestionnaires, nous sommes tous des citoyens concernés par la préservation de l’eau et des milieux aquatiques.

Les gestionnaires de milieux aquatiques et les services de police de l’eau et de la pêche veillent à protéger ces milieux. Mais leurs agents et élus ne peuvent être partout à la fois ! De plus, ils doivent souvent constater rapidement une infraction sous peine qu’elle disparaisse. Aussi, les citoyens sont invités à rester vigilants et prévenir les services compétents dès que possible.

Voici quelques cas de pollutions que vous pouvez constater :
- pollution du cours d’eau colorée, odorante, chimique avec ou sans mortalité piscicole

- pollution par matières en suspension, c’est-à-dire que l’eau est troublée par de la terre (sans évènements pluvieux préalables) avec suspicion de travaux dans le lit du cours d’eau (les travaux dans le lit sont soumis à autorisation préfectorale et les eaux doivent être dérivées pendant les travaux)

Ou encore quelques troubles possibles :
- endiguement de berges
- remblaiements en zones inondables

- Service de Police de l’Eau, Cf. lien internet

Les services de Gendarmerie peuvent également être contactés en cas d’urgence.

Pour ce qui concerne les arbres couchés dans le lit ou les embâcles dans les zones urbaines ou périurbaines, merci de contacter le SMAHA.

Syndicat mixte de l'hers et de ses affluents