Accueil  > La vallée de l’Hers  > Le Bassin Versant

Le Bassin Versant

Présentation générale du bassin versant

Le bassin versant de l’Hers se situe entre les départements de l’Ariège, de l’Aude et de la Haute-Garonne. L’Hers, dénommé aussi Hers Vif ou Grand Hers, est le principal affluent de l’Ariège. Il prend sa source au nord du col du Chioula à 1470 m d’altitude à la Fontaine du Drazet (09) et conflue avec l’Ariège à Cintegabelle (31) après un parcours de plus de 135 km.

Contexte physique

La géographie

L’Hers Vif draine la partie orientale des Pyrénées océaniques, entre les bassins versants de l’Aude et de l’Ariège. Son bassin versant possède une superficie atteignant 1 390 km². Le bassin s’étend sur près de 68 km en longueur et 30 km dans sa plus grande largeur. Depuis sa source sur le territoire communal de Prades (Font de Drazet 1 470 m) jusqu’à sa confluence avec l’Ariège à Cintegabelle (195 m), l’Hers parcourt environ 135 km. Le bassin versant s’étage de l’altitude 2368m (Pic de Soularac) à 195 m au niveau de la confluence avec l’Ariège. La dénivelée totale est de 2173m.

L’altitude moyenne du bassin est de 400 m. Les hauts reliefs se situent au sud du bassin (Monts d’Olmes) mais ne dépassent que très rarement 2000m (Pic de Soularac – 2368 m). Le relief au-dessus de 1000m d’altitude (influence nivale) ne représente que près de 10 % de la superficie du bassin.

Les contreforts pyrénéens du Massif du Plantaurel ou du dôme de Tréziers constituent une barre rocheuse longitudinale dans le bassin versant ne dépassant pas 700 m (Sarrat des Breyches). Plus au nord, les limites Est du bassin versant sont constituées des crêtes du Lauragais ne culminant pas au-delà des 400 m, les limites ouest étant quant à elles peu marquées entre la plaine de l’Ariège et celle de l’Hers (310 m à La Tour du Crieu en limite de partage des eaux).

La géologie

Le bassin de l’Hers se situe sur les contreforts du massif pyrénéen. La géologie du bassin versant de l’Hers peut être divisée en deux parties :

Une partie supérieure en amont de Mirepoix, principalement constituée de formations éocènes du Tertiaire Supérieur, où dominent une suite de bancs calcaires et poudingues au milieu des molasses tendres.

En partie inférieure, en aval de Mirepoix, il faut distinguer les deux rives de l’Hers : en rive gauche, les alluvions anciennes s’étagent sur plusieurs terrasses. En rive droite, alternent les molasses miocènes (Stampien et Sannoisien voir Aquitanien pour l’extrémité aval) : ce sont des molasses argilomarneuses de grande épaisseur dans lesquelles s’intercalent des bancs de sable et de graviers d’origine pyrénéenne.

L’Hydrographie

Le réseau hydrographique est globalement symétrique avec une rive gauche et une rive droite représentant chacune environ 50% du bassin versant. L’orientation du réseau est dictée par la géologie avec une direction S-N, perpendiculaire à la structure géologique, pour les affluents rive gauche drainant les contreforts du massif pyrénéen et plutôt SE-NO, pour les affluents rive droite drainant les coteaux molassiques du Lauragais et du Razès.

Le réseau hydrographique de l’Hers est bien développé sur ses deux rives. En rive droite, les principaux affluents sont :
- Le Blau (BV=67 km²) et le Chalabreil (BV=20 km²) à Chalabre,
- L’Ambronne (BV=70 km²) à Moulin-Neuf,
- La Vixiège (BV= 198 km²) à Belpech.

En rive gauche, les principaux affluents sont :
- Le Touyre (BV=115 km²) à Lagarde,
- Le Countirou (BV=34 km²) à Mirepoix,
- Le Douctouyre (BV= 157 km²) à Rieucros,
- L’Estaut (BV=40 km²) à Belpech.

Occupation du sol

Les données sont issues de la base de données Corine Land Cover mise à disposition du SMAHA par l’ARPE. Le bassin versant de l’Hers est à dominante forestière et agricole (avec près de 60% de forêts sur l’ensemble du bassin versant). L’urbanisation représente moins de 1% de la superficie totale du bassin versant ; les communes les plus importantes étant Mirepoix, Lavelanet, La Tour du Crieu, Mazères, Laroque d’Olmes ou Calmont.

Le contexte Hydro-climatique

Les pluies

Le climat sur le bassin versant de l’Hers est sous triple influence :
- Celle du régime atlantique, caractérisé par les vents d’Ouest et de Nord-Ouest, conditionnant un temps doux et humide.
- Celle du régime méditerranéen, caractérisé par une période estivale sèche, avec des apports d’orages pouvant être violents.
- Celle du régime montagnard, marqué par des températures estivales basses.

De ce fait, il en résulte une pluviométrie annuelle importante (825 mm), un enneigement prolongé sur le haut bassin versant, des étés chauds et orageux.

Le bassin versant de l’Hers Vif est couvert par un maillage de stations météorologiques traduisant relativement bien la pluviométrie de l’ensemble. Nous avons fait l’acquisition des données de synthèse disponibles auprès des services de Météo-France.

Données pluviométriques journalières sur le bassin versant
Station de mesure de météoAltitude (m)Pluie journalière décennale (mm)Pluie journalière centennale (mm)Gradex des pluies (mm)Taille de l’échantillon (années)
Arvigna (09) 370m 86 142 23,83 18
Belesta (09) 489m 77
Montferrier (09) 760m 13
Montbel (09) 390m 83,5 140,5 24,26 20
Mirepoix (09) 310m 77 129 22,13 35
Mazères (09) 253m 76 140 27,23 23
Gala (11) 288m 80 117 15,74 40
Belpech (11) 242m 78 117 16,60 43
Puivert (11) 610m 92 132,5 17,23 38

Les périodes pluvieuses les plus denses sont calées sur décembre-janvier et avril-mai.

Les débits

L’hydrologie du bassin versant de l’Hers Vif est de même, relativement bien connue, avec neuf stations hydrométriques, dont deux fiables concernant le secteur d’étude (les stations de Mazères et du Peyrat sur l’Hers Vif). La station sur l’Ambronne est jugée douteuse par les services en ayant la gestion (DDE de l’Aude) du fait de son instabilité resultant d’un transport solide important sur le secteur.

Stations hydrométriques sur le bassin versant
Station de mesure HydrométriqueCours d’eauTaille du bassin versant en (km2)Service gestionnaireAltitude (m)Taille de l’échantillon (années)
Caudeval Ambronne 66 DIREN LR 327m 1973-2005
Chalabre Blau 67 DIREN MP 375m 1961-2005
Vira Douctouyre 131 DIREN MP 301m 1968-2005
Le Peyrat Hers 190 DIREN MP 413m 1962-2005
Mazères Hers 1330 DIREN MP 225m 1966-2000
Lavelanet Touyre 59 DIREN MP 507m 1911-2005
Montferrier Touyre 29 DIREN MP 768m 1921-2005
Leran Touyre 90 DIREN MP 383m 1978-2005
Belpech Vixiège 196 DDE 11 243m 1969-2005

Les crues historiques

La synthèse des données et études existantes a permis de dresser un historique pour les évènements de crue de l’Hers Vif sur le secteur d’étude.

- 16 juin 1289 : Crue dévastatrice de l’Hers ayant détruit l’ancienne ville de Mirepoix, située selon les historiens au Nord, dans la plaine de Salabert. A noter que les écrits laissent à penser que l’Hers s’écoulait au XIIIe siècle du côté sud de sa vallée.

- 23 juin 1875 : Plus forte crue connue de l’Hers, avec 4,41 m au-dessus de l’étiage au pont de Mirepoix notamment, due à de forts cumuls de pluie entre mai et juin (350 mm à Belesta, 230 mm à Mirepoix, 285 mm à Toulouse). Cette crue est la crue historique dans la grande majorité du bassin de la Garonne et fut catastrophique notamment dans la traversée de Toulouse.

- 1917 : Crue de l’Hers Vif ayant provoqué la rupture de la chaussée des Forges de Manses à Besset ou l’inondation de Gaudiès notamment – peu d’informations sur cet évènement.

- Février 1952 : Durant le week-end des 2 et 3 février 1952, les inondations sont généralisées sur tout le sud-ouest. La saturation des sols (pluviométrie importante depuis le début du mois de janvier) associée à de fortes pluies (146 mm cumulés à Toulouse entre le 1er et le 5 février) a provoqué le gonflement de nombreux cours d’eau en Midi-Pyrénées (Garonne, Save, Touch, Tarn, Hers Mort et Hers Vif…).

- 14 Septembre 1963 : Le débit maximum mesuré au Peyrat à 99 m3/s confère à cet évènement une fréquence approximativement décennale. L’Hers sort de son lit et touche quelques habitations, notamment à Gaudiès ou Teilhet (hameau de Dreuil).

- Mai 1977 : Débit mesuré à Mazères de 1 070 m3/s, conférant à cet évènement une fréquence cinquantennale. L’Hers sort de son lit et inonde en partie sa plaine.

- Janvier 1981 : Du 10 au 15 décembre 1981 les pluies ont été très abondantes sur Midi-Pyrénées. Les inondations les plus importantes ont affecté le bassin de la Garonne et ses affluents. L’Hers est jaugé à 1 100 m3/s à la station de Mazères, soit un évènement de temps de retour estimé à 50 ans. Les principales zones touchées sont les parties basses de Chalabre, Camon, le hameau de Dreuil, les Seigneuries, Gaudiès, des habitations isolées des communes de Belpech, Molandier, …

Bassin de l'Hers Relief du bassin versant de l'HersCarte du réseau hydrographique de l'HersOccupation des sols
Syndicat mixte de l'hers et de ses affluents